film

Ce qui me fait prendre le train

  • Je présente cette année un film en noir et blanc qui est une réinterprétation du mythe d’Orphée. Le récit conte le parcours d’une Orphée devenue une femme qui passe le Styx pour aller du côté des morts retrouver ses amants et tenter de les ramener dans le monde des vivants. Comme souvent, l’idée de réaliser ce court-métrage est venue d’une série de dessins et de notes que j’ai rassemblés. Je procède presque toujours ainsi pour aboutir à la réalisation d’un film qui devient le puzzle complet de ces traces accumulées. J’essaie de faire ce qu’Alain Resnais appelle des « docu- mentaires de l’imaginaire ». J’aime imaginer des choses incroyables puis les transcrire du papier à l’image. Pour qu’il pénètre mon univers bizarre, je tiens le spectateur par la main pour l’emmener au fur et à mesure dans ce monde étrange. Je vois le cinéma comme un moyen de retrouver quelque chose qui a la texture d’un rêve, également d’avoir une tendre revanche sur le monde et sur la mort, sur un mode poétique. Le but de l’Orphée que je mets en scène est de trouver le moyen poétique de faire son deuil.

  • Pierre Mazingarbe

    Né en 1988 à Compiègne.
    Vit et travaille à Paris.

    http://panorama15.lefresnoy.net/sites/panorama15.net/files/styles/large/public/pierre_mazingarbe_ce_qui_me_fait_prendre_le_train_01.png?itok=7QrA1LuB, http://panorama15.lefresnoy.net/sites/panorama15.net/files/styles/large/public/pierre_mazingarbe_ce_qui_me_fait_prendre_le_train_02.png?itok=Bq3J2eUf, http://panorama15.lefresnoy.net/sites/panorama15.net/files/styles/large/public/pierre_mazingarbe_ce_qui_me_fait_prendre_le_train_03.png?itok=Bf8wDxBo, http://panorama15.lefresnoy.net/sites/panorama15.net/files/styles/large/public/pierre_mazingarbe_ce_qui_me_fait_prendre_le_train_04.png?itok=bBWjdEqe, http://panorama15.lefresnoy.net/sites/panorama15.net/files/styles/large/public/avatar_45.png?itok=SNu8Efva

Ce qui me fait prendre le train-Panorama 15

REMERCIEMENTS

Mes chaleureux remerciements à l'équipe du film et au studio La Ruche. Merci au Collectif Babouchka, aux Ateliers-studios de Grandfresnoy (60), à Nicolas Moulin, Madeleine Van Doren, Daniel Dobbels et Pierre Delattre, à la promotion Chris Marker et toute l'équipe du Fresnoy.